Henri Wallon, une voie/x pour la psychologie au41 de la rue Gay Lussac

L’Association des descendants et amis d’Henri Wallon et le Groupe de recherche et d’étude sur l’histoire du travail et de l’orientation (Centre de recherche sur le travail et le développement du CNAM).

Matinée
Henri Wallon, une voie/x pour la psychologie au
41 de la rue Gay Lussac
Vendredi 17 juin 2022 9h30 – 13h00
Salle 79 – 4ème étage
Institut National d’Étude du Travail et d’Orientation Professionnelle (INETOP)
41, rue Gay Lussac – 75005 Paris

Cette manifestation s’inscrit dans le cadre d’une série d’initiatives qui en 2022 marqueront le 100ème anniversaire de la création du laboratoire de psychobiologie de l’enfant et le 60ème anniversaire du décès d’Henri Wallon (1879-1962).


Henri Wallon, né le 19 juin 1879, est le petit-fils d’Henri Alexandre Wallon, historien et homme politique (1812-1904). à sa nomination comme membre du conseil d’administration de l’Institut national d’orientation professionnelle (INOP) cofondé par Henri Piéron en 1928 au 41 de la rue Gay Lussac, il est président de la Société française de psychologie et directeur à l’École pratique des hautes études à laquelle est rattaché le laboratoire de psychobiologie de l’enfant qu’il a créé en 1922 dans une école primaire de Boulogne-Billancourt. Wallon y dispense un cours sur l’orientation et la sélection professionnelles dont le contenu est repris dans une publication parue en 1930, Principes de psychologie appliquée. Cette même année 1930, il publie sous forme d’article dans la revue des cours et conférences de la Sorbonne, ses conférences de psychologie de l’enfance qui serviront de support au livre, Les origines du caractère chez l’enfant (1934).
Il est chargé de cours à la Sorbonne du 1er novembre 1932 au 15 février 1937, date à laquelle il est nommé professeur au Collège de France au titre de la chaire de psychologie et éducation de l’enfance, fonction dont il sera révoqué par le régime de Vichy. Dans sa leçon inaugurale, il définit les grandes lignes de son enseignement que viendront illustrer trois ouvrages majeurs : L’Évolution psychologique de l’enfant (1941), De l’acte à la pensée (1942) et Les Origines de la pensée chez l’enfant (1945). Le 30 janvier 1939, le laboratoire de psychobiologie de l’enfant s’installe au 41 de la rue Gay Lussac dans un immeuble neuf qui accueille l’Institut national d’étude du travail et d’orientation professionnelle (INETOP) en passe d’être rattaché au Conservatoire national des arts et métiers (arrêté du 14 février 1941 validé par le décret du 13 avril 1945), la chaire de physiologie du travail et d’orientation professionnelle du CNAM et deux laboratoires de l’École pratique des hautes études, dont celui de Wallon et le laboratoire de psychologie du travail alors dirigé par J.-M. Lahy. Wallon engagé dans la Résistance fait de ce bâtiment « adossé à un garage plein de mitrailleuses alle­mandes », en face d’un hôtel « entièrement occupé par la Gestapo » son refuge dès sa suspension de l’enseignement à la demande des autorités allemandes.
Le 19 août 1944, Wallon est désigné par le Conseil national de la Résistance comme Secrétaire général de l’Éducation nationale. Dès le début de l’insurrection parisienne, avec une cinquantaine d’hommes, il occupe la rue de Grenelle. En quinze jours, il assure la remise en marche de l’Éduca­tion nationale, Frédéric Joliot-Curie est nommé à la tête du Commissariat à l’énergie atomique, la direction de la santé scolaire, des bibliothè­ques, des théâtres, du Comité de direction de l’Opéra-Comique sont mises en place.
Un arrêté ministériel (8 novembre 1944) crée une commission d’études chargée d’élaborer un projet de réforme de l’enseignement, Paul Lange­vin en est nommé président, Piéron et Wallon vice-prési­dents. Délégué du Front national universitaire à l’Assemblée consultative provisoire, Wallon est élu député de la Seine (16e, 17e et 18e arrondissements) du 21 octobre 1945 au mois de juin 1946. Le 16 décembre 1946, Wallon remplace Langevin décédé à la prési­dence de la Commission de réforme de l’en­seignement et remet le 19 juin au ministère de l’Éducation Nationale un projet de réforme qui ne sera jamais discuté.
En janvier 1948, paraît le premier numéro de la revue Enfance, projet conçu avec Hélène Gratiot-Alphandéry et René Zazzo, ses plus proches collaborateurs, pour faire connaître les travaux réalisés au laboratoire de la rue Gay Lussac. Le 1er avril 1949, mis d’office à la retraite, il quitte son poste au Collège de France. De 1950 à 1952, il est professeur invité à l’Université de Cracovie en Pologne. En 1954, les Journées internationales de psychologie de l’en­fant dont il assure la présidence se tiennent à la Sorbonne. Peu de temps après, renversé par une voiture, il subit deux opérations chirurgicales. Immobilisé, il ne quitte plus son appartement et ses collaborateurs et élèves lui rendent visite à son domicile pour le tenir au courant de la vie du laboratoire jusqu’à son décès le 1er décembre 1962. 


Programme

9h15 – 9h30 – Accueil

9h30 – 9h45 – Ouverture

Didier Wallon
Secrétaire général de l’Association des descendants et amis d’Henri-Alexandre Wallon.

Katia Kostulski
Directrice du Centre de recherche sur le travail et le développement (CRTD – CNAM).

9h45-10h00 : Histoire d’un lieu l’INETOP – 90 ans, Michel Huteau professeur émérite de psychologie au CNAM

10h-10h15 : Wallon dans les archives du CNAM,
Lise Cloitre, responsable du service des archives du CNAM.

Séquence 1

Président de séance : Pierre ROCHE, membre du Groupe de recherche sur l’évolution de l’orientation (GREO)

10h15- 10h45 : Henri Wallon, la psychologie et l’école : un projet de réforme de l’éducation ? Jérôme Martin, Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au Centre de recherche sur le travail et le développement (CRTD – CNAM), membre du GRESTHO.

10h45- 11h15 : Travail, différenciation et liberté : actualité de l’œuvre de Wallon, Jean-Luc Tomas, Maître de conférences en psychologie du travail, équipe de psychologie du travail et de clinique de l’activité (CRTD – CNAM).

11h15- 11h30 – Pause-café

Séquence 2

Président de séance : Régis Ouvrier-Bonnaz, coordinateur du Groupe de recherche et d’étude sur l’histoire du travail et de l’orientation (GRESHTO – CRTD – CNAM).

11h30- 12h00 : L’œuvre d’Henri Wallon dans l’histoire de la psychologie,
Benoit Lépinat, Centre d’histoire des philosophies modernes de la Sorbonne (HIPHIMO) – Paris 1.

12h-12h30 : Du laboratoire de psycho-biologie de l’enfant à la revue Enfance : la voie/x du Collège de France, Jacqueline Nadel, Directrice de recherche émérite au CNRS, directrice de la revue Enfance.


12h30-12h45 – Conclusion : Régis Ouvrier-Bonnaz, GRESHTO – CRTD – CNAM.