Qui veut la peau de l’Onisep ?

logoonisepC’est par un communiqué de presse daté du 16 janvier et intitulé « L’Onisep, un acteur de l’orientation ou de la désinformation ? » que la FAGE a violemment attaqué l’Onisep. Que nous dit cette polémique sur les enjeux de l’orientation ? Le Figaro , faisant écho à ce communiqué, a titré: « L’Onisep se fout de la gueule des lycéens ! » s’indigne Jimmy Losfeld, président de la Fage ». En cause, le site dédié aux élèves de terminale, et plus précisément les fiches  « fiches métiers » mises en ligne par l’Onisep qui, pour la FAGE, « perpétue des clichés dégradants envers les professions ».

On ne peut que partager l’agacement de la FAGE, mais jusqu’à un certain point seulement. Car la FAGE représentée au conseil d’administration aurait dû demander des modifications de ce site dès le mois de novembre 2017, date de s on ouverture. Pourquoi avoir attendu 2 mois et prendre le risque de « désinformer » les lycéens pour reprendre son expression ? On se prend à penser que la FAGE cherche surtout à exister sur le dossier de ParcoursSup, et masquer le mieux possible son soutien à la réforme de l’accès à l’université qui ne va pas vraiment dans le sens des intérêts des lycéens.

Extraits commentés du communiqué de la FAGE:

« En effet, il est inacceptable qu’un site destiné à l’orientation perpétue des clichés dégradants envers les professions. De plus, celui-ci engendre de la désinformation, dans un climat où il est plus que jamais important de lutter contre les stéréotypes qui entraînent une mauvaise orientation.« 

On ne peut que partager les préoccupations en matière de stéréotypes sur les professions et les métiers. Il ne lui a pas échappé que deux mots – professions et métiers – désignent des réalités sociales et économiques très différentes. D’ailleurs, ce sont surtout des « professions » qui ont protesté sur twitter sur les stéréotypes utilisés par l’ONISEP.  La FAGE a sans doute un avis sur la question. Elle s’est sans doute préoccupée des fiches métiers destinées aux élèves de collège envisageant des études en bac professionnel ? S’est-elle procurée la fiche Avenir distribuée aux lycéens ? Vraie question que celle des stéréotypes en matière de représentation des métiers qui concerne l’ensemble de la société. Elle devrait demander que cette question soit sérieusement prise en charge par l’éducation nationale.

« La légèreté et l’inexactitude des informations proposées par l’Onisep nous amène à remettre en question ses compétences et sa pertinence comme acteur de l’orientation des jeunes.

A la veille de la réforme du baccalauréat, où l’accompagnement et l’orientation des lycéens doivent prendre une place centrale, l’Etat ne peut pas se permettre de bâcler ces éléments cruciaux pour l’avenir des jeunes. L’Onisep n’est pas à la hauteur des enjeux et ne semble, aujourd’hui, pas avoir la vision et les moyens requis pour orienter efficacement les jeunes. »

CaptureL’attaque est rude et suggère que la FAGE s’accomoderait bien de la disparition de l’Onisep. C’est méconnaître les outils d’information élaborés par l’Onisep, par exemple à destination des enseignants sur la question de l’égalité filles/garçons et sur l’éducation à l’orientation.  Mieux encore, la FAGE devrait féliciter l’Onisep pour la mise en place d’une base documentaire, unique en son genre, de même que pour l’Atlas de la formation initiale en France : présentation de l’édition 2017, payant malheureusement.

« La FAGE tient à rappeler qu’elle a à cœur l’orientation de la jeunesse et que de nombreuses actions d’orientation par les pairs sont mises en place. Nous demandons donc à ce que les étudiants soient consultés dans ce processus et nous resterons très attentifs à la forme que prendra l’orientation, enjeu principal et crucial du Plan Etudiant. »

Les propositions de la FAGE en matière d’orientation sont confondantes. D’abord, par ce qu’elles sont contradictoires avec les arguments utilisés contre l’Onisep. Comment la FAGE peut-elle affirmer que les « pairs », entendez les étudiants, ne seraient pas eux-mêmes vecteurs de stéréotypes ? En quoi seraient-ils détenteurs d’une information précise, objective et vérifiée sur les formations, les écoles, les calendriers, les métiers ?

Vers quel producteur d’une information objective et neutre pourrait se tourner un lycéen, sinon un organisme comme l’Onisep ? La FAGE feint d’ignorer que l’orientation, et d’abord l’information, devient un marché qui se développe sur le web comme au travers d’entreprises qui proposent des services payants.

Les contempteurs du service public d’orientation ont immédiatement surfé sur cette polémique pour vanter l’intérêt des stages en entreprise et les servies privés, comme Impala, « l’appli qui t’aidera à trouver le métier de tes rêves » ou Pixis, « l’intelligence artificielle qui veut révolutionner l’orientation scolaire« .

Loin d’être un obstacle à l’information des jeunes, l’Onisep est un outil indispensable qui devrait être développé comme véritable agence publique d’information s’appuyant sur un réseau dynamisé des CIO et des conseillers d’orientation. Les politiques publiques menées par les gouvernements depuis 20 ans suivent une toute autre direction, marquée par la baisse des recrutements, la fermeture de CIO et bientôt le transfert de l’orientation scolaire aux régions. On attend avec impatience le prochain communiqué de la FAGE protestant contre la démantèlement du service public d’orientation de l’éducation nationale.

@Fabriqueorientation